Livraison
Express
Prochaine expédition dans
...

pour une livraison
avant 13h* !
En savoir plus
promo
Besoin
d'un conseil
Joignez-nous rapidement
Nous contacter
Qualité
garantie
Tous nos produits goutés
par un Expert des Saveurs
L'expertise
Paiement
sécurisé
Nous suivre
sur le web

CULTURE CAFE

HISTORIQUE DU CAFE

La première torréfaction

La découverte de la torréfaction s'est faite par hasard.

Cafeier

Au Yémen, deux moines chargés de la cueillette du café, revinrent avec leur récolte complètement trempée à cause de la pluie. Afin de faire sécher les grains, ils les placèrent dans une cheminée allumée et s’en allèrent prier. Une fois rentrés de la priére, les grains étaient noirs et secs, dégageant un puissant arôme. Ces deux moines ont ainsi découvert sans le savoir le principe de la torréfaction.

De l'Ethiopie à l'europe...

Il est communément admis que la culture du café a commencé aux alentours de l'an 675, autour de la Mer Rouge. L’Ethiopie a été le premier fournisseur de café notamment pour l’Arabie, et ce jusqu’au milieu du 16ème siécle. Devant le succès de cette boisson, le Yémen décida d’introduire des plants de café dans ses massifs montagneux.

Les premiers plants de caféiers sont originaires des montagnes du Sud de l’Ethiopie. Le café poussait sur des arbres sauvages des montagnes d'Abyssie (aujourd'hui l'Ethiopie).

En cultivant ces plants entre Faya et Yafi, les caféiers bénéficiaient ainsi d'un climat tempéré propice à leur culture. Jusqu'au 17ème siècle, le Yémen fournissait l'ensemble de la consommation mondiale de café de l'époque.

Au 18ème siècle, les Pays-Bas, via leurs colonies d’Inde et de Ceylan (actuel Sri Lanka), commencèrent à concurrencer le Yemen. C'est à partir de cette époque que le caféier devint un objet d'étude pour les botanistes européens. Dans cet optique, les Pays-Bas offrirent un plant de café à tous les grands jardins botaniques.

PROCEDE DE FABRICATION

Les variétés de café

Bien qu’il existe de nombreuses variétés de caféiers, deux sont très majoritairement utilisées : l’Arabica et le Robusta.

L’Arabica

L’Arabica, originaire d’Ethiopie, est le premier café à avoir été découvert et cultivé. Il est considéré comme la meilleure variété pour la dégustation, produisant un arôme doux et fin. Il est moins concentré en caféine que le Robusta. Sa culture est plus délicate et nécessite un climat plus frais. Les principales zones de culture de l’Arabica sont les régions montagneuses de l’Amérique Centrale et du Sud et d’Afrique orientale. Le café Arabica représente un peu plus de 70% de la production mondiale.

Le Robusta

Le plant de « Coffea Robusta » est plus répandu que celui d’Arabica. Il se cultive plus facilement et son rendement est plus important. On le trouve par conséquent dans des zones où l’on ne peut pas produire de l’arabica: l’Afrique Occidentale et l’Asie du Sud Est. Le Robusta produit un café fort et souvent amer, avec une teneur en caféine double de celle de l’Arabica. Il est beaucoup mois cher que ce denier mais également beaucoup moins fin. Il représente un peu moins de 30% de la production mondiale.

Les mélanges Arabica - Robusta

Dans le commerce, on trouve souvent des mélanges Arabica-Robusta. Ces assemblages permettent la préparation d’espressos d’excellente qualité pour laquelle le Robusta produit une crème onctueuse. Il est ainsi possible d’obtenir des mélanges de cafés particulièrement savoureux et équilibrés, la force du robusta masquant la pointe d’acidité de l’Arabica.

La récolte

Il existe différentes méthodes pour récolter les "cerises" du caféier:

Le Picking

recolte_des_cerises_de_cafe

Ce procédé de cueillette, entièrement naturel, consiste à cueillir uniquement les fruits mûrs. Toutes les cerises n’étant pas en maturation au même moment, plusieurs passages sont nécessaires. Cette méthode néccessite donc une grande patience. C'est néanmoins le procédé qui permet d’obtenir les meilleurs résultats. Elle est principalement réservée à la cueillette des arabicas fins. Elle est encore pratiquée en Colombie,au Kenya,en Ethiopie, et à la Jamaïque pour la fameuse récolte du Blue Montain.

Le Stripping

Cette technique de cueillette est bien plus rapide que le picking. Ainsi, les cueilleurs de café saisissent la branche du caféier à deux mains afin de faire glisser tout ce qui s'y trouve : cerises rouges mûres,cerise vertes et jaunes immatures, cerises noires trop mûres, feuilles, y compris les impuretés qui accompagnent les cerises. Le tout est déposé sur une toile posée à même le sol. Certains producteurs de cafés utilisent un grand peigne à la place de leur main, en le passant à travers les branches pour en extraire les cerises de café.

Cette méthode est celle permettant d’obtenir le meilleur rendement au moindre coût. Cette technique est utilisée pour la récolte de cafés de moindre qualité car des cerises immatures ou trop mûres peuvent après la torréfaction altèrer le goût final du café. Elle est employée au Brésil, et sur les robustas d'Afrique.

La Cueillette Mécanique

Ce type de cueillette est principalement utilisé dans les grandes plantations (comme au Brésil par exemple). Le terrain ne doit pas être trop accidenté, avec des caféiers disposés en rang. Une machine passe ainsi entre les rangées, secouant les caféiers pour en faire tomber les cerises. En seulement un passage, elle récolte jusqu'à 95% des cerises et remplace le travail d'une centaine d'hommes. Cette méthode mécanique permet ainsi d’augmenter la productivité des plus grandes plantations de caféiers.

Le traitement des cerises

Il existe deux méthodes permettant de traiter les cerises de café récoltées :

La méthode par voie sèche :

la plus ancienne, ce type de méthode est de loin la plus simple, la plus rapide et la moins couteuse.
Après un vannage puis un lavage sommaire, les cerises de café sont étalées sur une surface dure et mises à sécher au soleil. Elles vont alors être régulièrement retournées avec un râteau, afin d’éviter qu’elles ne fermentent au soleil. Après un mois environ, les cerises du caféier auront alors une coque foncée et très friable. La dernière étape de ce procédé permettra de retirer les grains de café de leur cerise, afin de les trier: c'est le décorticage . On obtient ainsi le café dit "non lavé" ou "nature". La méthode sèche est principalement utilisée au Brésil et en Amérique Centrale.

La méthode par voie humide :

Cette méthode est plus longue et plus complexe que le traitement des grains de café par voie sèche.Elle va permettre d'obtenir des cafés dits "lavés ou "bleus". Elle néccessite plusieurs lavages permettant ainsi l'élimination du mucilage et des impuretés de la cerise. Elle est aussi plus couteuse que "la vie séche" mais permet d'obtenir une meilleure qualité de café en abîmant moins le grain. La méthode par voie humide est principalement utilisée pour le traitement des Arabicas.

Le stockage du café vert :

Quelque soit la méthode utilisée, le café vert se réhydrate partiellement pendant le stockage profitant de la moiteur de l'atmosphère, allant parfois jusqu' à s'imprigner des vents et des odeurs qui circulent.

La torréfaction

La torréfaction du café est l'étape essentielle qui permet de faire naître les saveurs et arômes délicatement envoutants que nous apprécions tout particuliérement. Cette opération délicate consiste à traiter par la chaleur, au contact de l'air, les fèves de café vert pour développer leur qualités aromatiques et faire apparaître une couleur brune caractéristique. En effet, le grain de café vert est très peu odorant.

La torréfaction s’est peu à peu imposée comme un réel métier, voire un véritable art. Une excellente fève de café vert mal torréfiée peut s'avérer imbuvable. Une torréfaction très différente pour une même fève donnera à ce café, un goût très variable. Sa maîtrise est donc indispensable.

La torréfaction s’effectue habituellement sur le sol des importateurs (ou consommateurs) et non sur celui des producteurs de café. En effet, le café doit être bu au moment le plus proche possible de la fin de sa torréfaction pour conserver toute sa fraicheur.

La naissance et la maitrise des arômes est une véritable alchimie capable de vous construire une réputation de grand torréfacteur mais qui peut aussi s'avérer désastreuse pour celui qui néglige ce procédé ou veut en réduire le coût....

Quelle est la durée de la torréfaction ?

La durée de torréfaction dépend :

  • des différents procédés.
  • des grains de café (type, taille, taux d'humidité...).
  • du goût que l'on désire obtenir.

Quelle durée de torréfaction pour quel goût de café ?

Une torréfaction courte permettra d'obtenir un café léger d'une nuance claire. La richesse des arômes s'exprimeront ainsi à souhaits.

Une torréfaction longue permettra d'obtenir un café corsé d'une nuance plus foncée. Ce café libérera des saveurs caramélisées, voire amères.
Au fur et à mesure de son déroulement, la couleur de la fève variera du vert au noir en passant par le marron. Il est ainsi possible d’obtenir plusieurs nuances de couleur du grain de café :

  • Légère : Faible, Blonde accentuant l'acidité au goût des européens du nord, des Belges, Allemands,Suisses mais également des Américains
  • Moyenne : dite "bure de moine", ambrée, au goût du Nord de la France et des Japonais
  • Déjà poussée ou foncée : dite "continentale", bien équilibrée, très aromatique au goût du Sud de la France et des Italiens du Nord.
  • Très poussée ou foncée : Très brune, même noire, grillée, brûlée, voire âcre au goût des Espagnols, Italiens du Sud et des Grecs

Nos compatriotes sont connus pour appécier leurs cafés rons et équilibrés.

Réactions physiques et chimiques subies par le grain de café pendant la torréfaction

La torréfaction est un procédé chimique modifiant de manière conséquente la composition du grain de café. Le premier changement, visible à l’œil nue, est le changement de couleur ou de teinte. Au fur et à mesure de l’avancement de la torréfaction, la robe se fonce, en allant du vert vers le marron puis vers le noir (réactions dite de Stücker). Le 2ème changement va voir le grain de café perdre son humidité et son poids d'environ 20 % tout en absorbant l'humidité ambiante. Va s'en suivre le développement de centaines d'arômes (réactions de Maillard) à partir de la onziéme minute jusqu'à la vingtiéme marquant ainsi une succession de parfums. Enfin, le volume des grains va augmenter de 70 à 100 % sous l'effet de chaleur provoquant des crépitements typiques bien connus du torréfacteur.

Les méthodes de torréfaction des grains de café vert

Dans tous les cas, la torréfaction se déroule dans un grilloir circulaire ou cylindrique, nommé "torréfacteur " : Il s’agit plus précisément d’un appareil doté d'un tambour et chauffant le plus souvent au gaz. Il est en rotation permanente pour que les grains, toujours en mouvement, soient torréfiés de la façon la plus uniforme possible.
Il existe aujourd’hui trois principales techniques de torréfaction. Elles se distinguent les unes par rapport aux autres par la durée d'exposition des grains de café vert à la chaleur. Quelque soit la méthode, le café a besoin d'un ou deux jours de repos après la torréfaction.

Les différentes méthodes de torréfaction :

MéthodePrincipeUtilisationDuréeRendementQualitéPertes
TraditionnelleMontée en température progressiveArabicas fins et grand crusde 18 à 22 min700 Kg de café par heure+++17 à 20%
RapideGrosse quantité de café chauffée à 800°CArabicas classiquesde 4 à 6 min1500 Kg de café par heure++12 à 13%
FlashChauffage brusque à 880°CRobustas et cafés instantanésde 1 à 2 min4000 Kg de café par heure+12 à 13%

La conservation

Un grain vert peut se conserver durant plusieurs années dans des conditions optimales. En revanche, ce n’est pas le cas du café torréfié qui est un produit vivant beaucoup plus fragile car soumis à l’oxydation. Il est donc nécessaire de le conserver le plus possible hors des rayons lumineux et de l’humidité, ces deux éléments favorisant l'altération du goût du café.
Il est donc conseillé d'entreposer son café en grains dans une boite hermétique stockée dans le congélateur. Une fois moulu, la mouture fraîche doit se conserver au froid dans un emballage la protégeant de l'humidité et de l'oxydation.

Deux procédés d'emballage existent: sous vide ou avec une valve fraicheur monodirectionnelle, qui permet de faire sortir l’air contenu à l’intérieur, sans en faire rentrer. Ainsi protégé, le café peut alors se conserver sans problème plusieurs mois. Une date limite conseillée de consommation est indiquée sur chaque emballage.
Une fois le paquet ouvert, le mécanisme d’oxydation reprend. Il est donc préférable de se munir d’une boite de conservation hermétique, et de la conserver au réfrigérateur.

LES PAYS PRODUCTEURS DE CAFE

Les zones de production :

Le café se cultive dans son extrême majorité dans les zones comprises entre les Tropiques du Cancer et du Capricorne.

Le tableau ci-dessous permet de comparer les productions des différents pays dans le monde (source : Internationnal Coffee Organization 2008) :

PositionProducteurs d'arabicasProducteurs de robustas
PaysNombre de sacs de café vert produitsPaysNombre de sacs de café vert produits
1Brésil25,4 millionsVietnam13,1 millions
2Colombie10,2 millionsBrésil7,7 millions
3Mexique5,4 millionsIndonésie5,8 millions
4Guatemala4,6 millionsCôte-d’Ivoire4,8 millions
5Ethiopie3,4 millionsInde3,2 millions

LE CAFE ET LA SANTE

le_cafe_et_la_sante

Déguster un café fait partie de notre quotidien, et représente à chaque fois un moment privilégié qu’il ne faut certainement pas voir comme un plaisir coupable. Le café est en effet une boisson sans danger et naturelle. D’après des études scientifiques poussées, le café pourrait même jouer un rôle préventif dans l’évolution de nombreuses maladies dont divers types de cancers, le diabète et la maladie de Parkinson.

Le café et la digestion

Le café à la vertu de stimuler la sécrétion gastrique ainsi que le motricité du côlon. En ce sens, une tasse de café est beaucoup plus efficace qu’un verre d’eau, et équivalent à un repas de 1000 calories.

Le café et le cœur

Une consommation normale de café (moins de 6 tasses par jour) ne provoque aucun risque cardiaque. Au contraire, les antioxydants contenus dans cette boisson évitent le dépôt de cholestérol sur les artères.

Le café et le cancer

De récentes études scientifiques ont confirmé l’effet bénéfique et protecteur des antioxydants contre le cancer du foie notamment.

Le et la maladie d’Alzheimer

Des études scientifiques démontrent que les buveurs modérés de café ont moins de chances de développer la maladie d’Alzheimer que les buveurs très légers (moins d’une tasse par jour). En effet la caféine ralentirait la perte de la dopamine

Maia, L., & de Mendonça, A., Does caffeine intake protect from Alzheimer’s disease ?, European Journal of Neurology, July 2002

Le café et les performances intellectuelles

Le café a un impact positif sur la mémoire à court terme, psychotechnique ainsi que sur le QI. Des études scientifiques ont mis en évidence une corrélation entre ces effets positifs et la quantité consommée de café.

Jarvis, M.J., Does caffeine intake enhance absolute levels of cognitive performance?, Psychopharmacology, 2 December, 2005